CM Wollongong

Evenepoel sacré, les Suisses battus

Image: Frontalvision

Remco Evenepoel a fait parler sa classe à Wollongong, s’imposant en solitaire pour devenir champion du monde de la course en ligne. Les Suisses ont manqué le coche, le groupe de contre-attaquants de Mauro Schmid étant repris dans les derniers mètres. Christophe Laporte s’est paré d’argent et Michael Matthews de bronze.

Impressionnant vainqueur de la récente Vuelta, Remco Evenepoel offre à la Belgique son premier titre depuis le sacre de Philippe Gilbert. Le prodige de 22 ans efface ainsi la désillusion des championnats du monde 2021, dans lesquels la Belgique avait totalement manqué son affaire à domicile dans les Flandres.

« Je suis très heureux. J’avais les jambes. On a couru en équipe, on voulait ramener le maillot en Belgique. Que ce soit Wout (van Aert, 4e au final) ou moi c’était pareil. Lui avait comme consigne d’attendre et moi d’attaquer plus tôt, c’est ce que j’ai fait », a réagi Remco Evenepoel.

« C’est une année incroyable, avec des victoires dans un Monument (Liège-Bastogne-Liège), un grand Tour (Espagne), une classique (Classica san Sebastian) et un Championnat du monde », a poursuivi le premier coureur à avoir remporté la même année un Monument, un grand Tour et l’or de la course en ligne depuis Bernard Hinault en 1980.

Le médaillé de bronze du contre-la-montre de ces Mondiaux 2022 s’est échappé à 40 km de l’arrivée, en compagnie du Kazakhe Alexey Lutsenko qu’il a lâché avec 26 km à parcourir. Il s’est finalement imposé avec 2’21 » sur le premier peloton, réglé au sprint par le Français Christophe Laporte.

La déception doit être immense pour Mauro Schmid, parti en contre-attaque derrière Evenepoel et Lutsenko en compagnie de Pascal Eenkhoorn, Lorenzo Rota et Mattias Skjelmose. Le Zurichois de 22 ans, qui n’avait pas caché ses ambitions, semblait en effet avoir gardé suffisamment d’énergie pour décrocher une médaille.

Mais, à force de temporiser après avoir rattrapé Lutsenko, le groupe s’est fait « avaler » in extremis par le peloton. Mauro Schmid s’est finalement classé 17e, juste devant Stefan Küng (20e). Silvan Dillier a quant à lui terminé 38e au sein d’un deuxième peloton, à 3’01 » du nouveau champion du monde.

« J’étais fort aujourd’hui, et c’est très dur d’avoir été repris au dernier moment », a expliqué Mauro Schmid. « Mais nous avons trop joué au poker menteur. Tout le monde voulait une médaille, et on savait que l’or était pour Remco. Nous avons longtemps bien roulés, mais nous nous sommes trop regardés », a-t-il regretté.

La délégation de Swiss Cycling, brillante dans les contre-la-monte avec trois médailles (l’or par équipe mixte, l’argent pour Küng, le bronze pour Marlen Reusser), a donc manqué son affaire dans les courses en ligne. Il n’avait déjà pas manqué grand-chose à Elise Chabbey (9e) dans la course élite dames, et au Neuchâtelois Alexandre Balmer (15e) chez les M23.

La Suisse avait pourtant maîtrisé dans un premier temps son sujet sur le plan tactique. Simon Pellaud (88e à 11’28’) avait ainsi animé à la perfection l’échappée du jour, qui comptait une quinzaine de coureurs et avait pu prendre plus de six minutes d’avance sur le premier peloton des favoris. Le Valaisan a rendu les armes juste avant que Remco Evenepoel ne dynamite la course. Keystone-ats

Votre navigateur n'est plus à jour. Veuillez< a href = "https://browsehappy.com/" target = "_ blank" > mettre à jour votre navigateur.