Paris 2024

Swiss Cycling roule vers Paris en composition élargie

Image: Artworth Brothers

Swiss Cycling a lancé le nouveau cycle olympique à l’occasion de l’événement kickoff auprès du partenaire BMW Group Switzerland. Le Directeur Thomas Peter a expliqué qu’après les performances historiques de Tokyo, il s’agit désormais de systématiser les succès dans l’optique de Paris 2024.

L’été dernier, la délégation de Swiss Cycling a décroché six médailles et cinq diplômes aux Jeux olympiques de Tokyo. La moisson est exceptionnelle et il est difficile de trouver meilleur bilan dans l’histoire moderne des sports d’été de notre pays. Thomas Peter est parfaitement conscient que les résultats des JO au Japon seront presque impossibles à reproduire. Toutefois, le Directeur estime que l’analyse de la campagne de Tokyo a mis en lumière un potentiel d’amélioration. C’est dans ce contexte qu’une restructuration a eu lieu en début d’année. La responsabilité du sport de compétition repose désormais sur les épaules d’Edi Telser (Head Coach), Beat Müller (Head of Performance) et Patrick Müller (Head of Sports). « Nous devons nous positionner de manière plus large pour pouvoir maintenir notre niveau. En parallèle, nous donnons à nos athlètes davantage d’interlocuteurs, ce qui réduit le risque d’un potentiel abus de pouvoir », confie Thomas Peter. « Notre objectif à moyen terme est de systématiser le succès. »

Beat Müller a détaillé la stratégie qui doit mener à cet objectif à l’occasion de l’événement « kickoff » du nouveau cycle olympique auprès de notre partenaire BMW Group Switzerland à Dielsdorf. Vu de manière abstraite, il s’agit d’un modèle en trois phases selon les mots du scientifique du sport. Dans un premier temps, l’objectif est d’identifier le potentiel des athlètes dans le cyclisme, avant de les formes au cours de la seconde phase de manière plus large, permettant d’établir un profil avec les forces et les faiblesses. La troisième phase est consacrée à une formation ciblée dans la discipline qui convient le mieux à l’athlète en fonction de son profil, ainsi qu’à la préparation spécifique d’un grand événement. Beat Müller a mentionné Marlen Reusser comme exemple type. Après trois ans d’entraînement spécifique, cette cycliste reconvertie a décroché sa première médaille aux CM et, un an plus tard, sa première médaille olympique.

Ancien professionnel désormais coordinateur, Patrick Müller a abordé les thématiques de la croissance de Swiss Cycling, du raccourcissement du cycle olympique en raison du report des Jeux de Tokyo et des défis que cela implique. Edi Telser s’est quant à lui exprimé sur les perspectives dans les différentes disciplines en vue des JO 2024 à Paris, qui peuvent être considérées comme au moins aussi bonnes que celles envisagées deux ans avant Tokyo 2020. Le triplé historique de Jolanda Neff, Sina Frei et Linda Indergand ne pourra certes pas être répété de sitôt, notamment parce que l’Union Cycliste Internationale (UCI) a légèrement réduit les quotas de places pour les JO. Un maximum de deux athlètes par nation seront ainsi autorisé(e)s à prendre part aux épreuves olympiques de VTT à Paris.

Votre navigateur n'est plus à jour. Veuillez< a href = "https://browsehappy.com/" target = "_ blank" > mettre à jour votre navigateur.