#swisscyclingfamily | Member

World Tour

Un début dans les Emirats, en espérant la clémence du Covid

Image: UAE Tour

Bien que la pandémie de Covid sévisse toujours, le World Tour devrait cette année connaître moins de turbulences qu’en 2020. Son coup d’envoi est agendé dimanche dans le golfe persique.

Le Tour des Emirats arabes unis, qui dure sept jours, est organisé pour la troisième fois. Deux arrivées en côte sont prévues ainsi qu’un contre-la-montre pour la première fois. Avec Matteo Badilatti, Stefan Bissegger, Mathias Frank et Gino Mäder, quatre des quatorze coureurs suisses du World Tour sont au départ.

Nouvel entraîneur national de la route chez Swiss Cycling, Michael Albasini suivra d’un oeil intéressé les premiers coups de pédale donnés dans les Emirats. « Auparavant, lorsque j’étais encore coureur, je ne regardais pratiquement jamais les courses », relève le Thurgovien de 40 ans. Sa nouvelle fonction l’obligera à plus d’assiduité devant le petit écran. « Si je dois m’entretenir avec les coureurs suisses au téléphone au cours de la saison, je dois savoir ce qui s’est passé dans les courses. »

Albasini a pris sa retraite l’année dernière après 18 saisons comme professionnel et 30 victoires. Dans la foulée, il a été engagé par la Fédération. Comme entraîneur national de la route, il marche sur les traces de son père Marcello, qui avait repris le poste depuis le licenciement de Danilo Hondo au printemps 2019.

Les premières courses de la saison ne sont naturellement pas les plus importantes. « En février, je suis loin de tirer de grandes conclusions. Mais peut-être que dès le Tour des Emirats, il y aura une ou deux indications sur la forme de quelques coureurs », précise Albasini.

« Si je dois m’entretenir avec les coureurs suisses au téléphone, je dois savoir ce qui s’est passé dans les courses. »

Entraîneur national sur route Michael Albasini

Albasini espère surtout que les courses World Tour en Suisse, le Tour de Romandie et le Tour de Suisse, annulés l’an dernier en raison du Covid, auront bien lieu cette fois-ci. Puisque tant sur la boucle romande que sur la boucle helvétique, Swiss Cycling a prévu d’y aligner une équipe formée de coureurs suisses, qui ne font pas partie des équipes du World Tour. Une plateforme intéressante pour les jeunes coureurs helvétiques.

Après le Tour de France (26 juin au 18 juillet) suivront les Jeux olympiques à Tokyo où le parcours de la course en ligne, très exigeant, semble « dessiner pour les qualités de Marc Hirschi » comme le dit Albasini. Le Bernois a connu une progression fulgurante lors de la saison 2020 du World Tour. Après son transfert surprise en janvier chez UAE Team Emirates, il devra confirmer. Le Bernois de 22 ans ne sera pas de la partie dans la course par étapes de son employeur. Il entrera plus tard dans la saison. Cela aurait pu être à l’occasion des Boucles Drôme et Ardèche les 27 et 28 février mais Mauro Gianetti le manager général du team émirati a précisé que sa rentrée était reportée à plus tard sans donner de précision.

De son côté, Stefan Küng, champion d’Europe l’année dernière et médaillé de bronze du contre-la-montre des Mondiaux, est également absent dans le golfe persique. Il disputera sa première course dans une semaine avec l’Omloop Het Nieuwsblad (27 février).

Après la Vuelta (14 août au 5 septembre), les Championnats d’Europe auront lieu en Italie. Ils précéderont les Championnats du monde dans les Flandres. Un rendez-vous qui réjouit Albasini: « Pour ce parcours typique des Flandres, nous désignerons une très bonne équipe. »

La saison du World Tour se terminera avec le Tour du Guangxi en Chine, qui sera la 33e course de la plus haute catégorie des professionnels.

ats
Votre navigateur n'est plus à jour. Veuillez< a href = "https://browsehappy.com/" target = "_ blank" > mettre à jour votre navigateur.