Tour de Suisse

Küng perd du terrain, Thomas devant la victoire finale

Les Suisses Stefan Kueng (Groupama-FDJ), Roland Thalmann (Swiss Cycling) et Michael Schaer (AG2R Citroen Team) (de gauche à droite) lors de la septième étape entre Ambri (Suisse) et Malbun (Liechtenstein). Image: Keystone

Stefan Küng a perdu du temps dans la lutte pour le podium du Tour de Suisse lors de l’avant-dernier jour. Geraint Thomas se lance dans le contre-la-montre final en tant que favori pour la victoire finale, bien que le Colombien Sergio Higuita ait pris le maillot de leader à Malbun.

La 7e étape a vu un nouveau changement de leader. Sergio Higuita a remplacé le Danois Jakob Fuglsang en tant que leader. Le coureur de 24 ans de l’équipe Bora-Hansgrohe n’aura cependant aucune chance de remporter la victoire finale dimanche. En effet, le Britannique Geraint Thomas, en temps normal le coureur le plus fort que le Colombien, n’est qu’à deux secondes de Higuita au classement général. L’ancien leader Jakob Fuglsang suit à la troisième place avec 19 secondes de retard.

Geraint Thomas avait déjà pris la deuxième place du classement général en 2015, derrière le Slovène Simon Spilak. Le tapis est désormais déroulé pour le coureur de 36 ans de l’équipe Ineos Grenadiers, qui profite également de l’absence du véritable leader Adam Yates. S’il parvient à réaliser une bonne performance sur les 25,6 km de plat, le vainqueur du Tour de France 2018 devrait triompher pour la première fois sur les routes suisses.

Derrière lui, Stefan Küng peut toujours espérer une place sur le podium – même si celle-ci s’est réduite samedi pour le double national suisse et liechtensteinois. Le Thurgovien est certes resté dans le groupe des favoris lors de la montée finale jusqu’à 2,8 km de l’arrivée, mais il a fini 18ème et a perdu 1:40 minutes sur Higuita. Au classement général, Küng, septième, est désormais à 2:19 minutes.

Même si le retard semble important à première vue, avec une bonne journée, un bond en avant est tout à fait possible. Higuita a par exemple pris près de deux minutes et demie à Küng lors d’un contre-la-montre légèrement plus long lors du Tour de l’Algarve ce printemps. Et à l’exception de Thomas, les concurrents devant lui ne sont pas des spécialistes des épreuves contre la montre.

Texte : Keystone-AT / Swiss Cycling

Votre navigateur n'est plus à jour. Veuillez< a href = "https://browsehappy.com/" target = "_ blank" > mettre à jour votre navigateur.